Créer ses solutions numériques sans coder, c’est possible !

Interview de Fabrice Frossard, fondateur de l’agence Faber Content

Actualités
Développement
Performance
19 mars 2021

Selon Gartner, d'ici 2024, le développement d'applications low-code (qui comprend le no-code) représentera plus de 65 % des activités de développement d'applications, et les trois quarts des entreprises auront au moins quatre solutions de développement à faible code.

Plus qu’une tendance, le no-code est un outil de démocratisation de la technologie informatique. Fabrice Frossard, fondateur de l’agence Faber Content et expert numérique depuis 30 ans, revient sur cette notion et sur les opportunités de croissance qu’elle peut offrir aux entreprises.

Qu’est-ce que le no-code ?

Le no-code est un terme qui définit une catégorie d'outils numériques qui permettent à des personnes de construire, déployer, mettre à jour des applications diverses : sites internet, chatbots, applications de type CRM, gestion des stocks… sans aucune compétence technique de codage. Les solutions de no-code proposent des interfaces de programmation visuelles intuitives et épurées, et mettent à disposition des utilisateurs des méthodes de création très faciles (comme le drag & drop de fonctionnalités).

Pourquoi entendons-nous de plus en plus parler de la notion de no-code ?

Le no-code n’est pas un concept nouveau. Depuis les années 90, rendre la création et le code plus simple a toujours été l’obsession de l’informatique comme en témoignent par exemple les logiciels CASE (acronyme de Computer-Aided Software Engineering ou « outils de génie logiciel assisté par ordinateur » en français) qui sont antérieurs aux plates-formes no-code d’aujourd’hui, ou encore, les outils RAD (acronyme de l'anglais Rapid Application Development) qui sont des logiciels utilisables dans le cadre du développement rapide d'applications.
Même si le no-code existe depuis plusieurs années, c’est vrai qu’il fait particulièrement parler de lui depuis le début de la crise de la Covid-19. De plus en plus d’entreprises ont pris conscience de l’importance d’accélérer leur transformation numérique ou, à minima, de créer un site web. Le no-code permet aux entreprises de créer elles-mêmes les outils numériques de leur choix en fonction de leurs impératifs et à moindre frais : application mobile ou web, outil CRM pour collecter les données clients, les fidéliser et développer un tunnel de vente, un site e-commerce… et ce, sans aucune compétence informatique.

Quels sont ses avantages principaux ?

Les outils numériques no-code offrent aux entreprises de l’autonomie et de l’agilité ; ils permettent de répondre rapidement à des besoins précis grâce à la création de solutions sur-mesure faciles à mettre en place. Globalement, ils permettent de couvrir entre 50% et 60% des besoins standards des petites et moyennes entreprises et quasiment 100% des besoins des petits commerçants. Shopify, une plate-forme e-commerce en mode SaaS qui permet aux utilisateurs de créer eux-mêmes - et sans impliquer de ressource extérieure - leur propre boutique en ligne, en est un bel exemple.

En fonction des attentes et des objectifs de l’entreprise, le no-code peut être la solution la plus adaptée : elle est peu onéreuse, et ne nécessite pas de compétences techniques pointues (contrairement au développement traditionnel de logiciels). En contrepartie, il faut prendre du temps pour construire une application qui correspond à ses attentes, ce qui peut être chronophage. Il permet aussi aux startups d’expérimenter le prototypage rapide, de tester des Proof of concept à moins de coût, et de réaliser plus facilement des levées de fond. En effet, grâce à des outils adaptés, les entrepreneurs peuvent, en seulement quelques heures, créer et tester des applications ; en temps réel ou presque, et les présenter aux investisseurs, ou encore, évaluer l’appétence d’un public pour l’offre proposée.

Le no-code peut aussi être un allié précieux pour les développeurs d’une entreprise ; il leur offre un moyen plus agile et moins complexe de construire des interfaces ou de petites applications métiers pour répondre à un besoin spécifique. De plus, ces dernières peuvent être interconnectées avec des outils tiers pour créer des suites applicatives complètes. Autrement dit, le no-code permet d’agréger plusieurs micro-applications pour créer une architecture SI globale en interconnectant les API pour partager l’information.

Un conseil pour les entreprises avant qu’elles ne se lancent dans le no-code ?

Avant de choisir un outil numérique no-code, il est impératif d’identifier vos besoins, de connaître le budget que vous pourrez y allouer, et les objectifs que vous souhaitez atteindre. La formalisation de son besoin en amont est la clé d’un projet réussi. À titre d’exemple ; 25% du temps d’un développeur est consacré à l’expression et la formalisation des besoins de son client. Certes, le no-code offre de multiples possibilités ; il permet de créer tout, ou presque mais qu’attendez-vous précisément ? Vous souhaitez investir dans un outil CRM ? Demandez-vous : quelles fonctionnalités doit-il avoir ? Un simple stockage de données clients suffira-t-il ? Doit-il permettre l’envoi de relances automatiques aux clients ?

 

Si vous souhaitez être accompagné.e dans la formalisation de votre besoin ou dans votre transformation numérique, contactez un conseiller CCI et découvrez notre sélection de solutions no-code sur notre plate-forme CCI Store :


* source : « Guide d’évaluation des technologies de développement sans coder » Gartner, 2019