Entrepreneurs : découvrez comment mieux appréhender la crise

Les conseils d’Adrien Chignard, psychologue du travail et des organisations

Actualités
Entrepreneuriat
Management
Performance
17 avril 2020

Pour ne pas vous laisser submerger par le stress et l’incertitude au quotidien durant cette période de crise engendrée par le COVID-19, découvrez les conseils d’Adrien Chignard, psychologue du travail et des organisations.  
 

Adrien Chignard

Pensez à vous  

En période de crise, la responsabilité du chef d’entreprise prend une nouvelle dimension. Cependant, pour Adrien Chignard, psychologue du travail et des organisations, il est important que les entrepreneurs reconnaissent les limites de cette responsabilité. « Un chef d’entreprise doit être responsable et non hyper responsable : être responsable de tout, c’est devenir irresponsable. » Certes, les entrepreneurs ont des devoirs qu’ils doivent être capables d’assumer, mais être responsable de tout et de tout le monde est impossible. Pour votre bien, et celui de l’entreprise, pensez d’abord à vous-même. Pour preuve, « si vous prenez l’avion, en cas de dépressurisation, vous devez mettre votre propre masque à oxygène avant d'aider les autres. Cela s’applique également au chef d’entreprise : il doit se protéger et penser à lui en premier. Il ne s’agit pas d’égoïsme mais de stratégie ». 

Gardez le lien

Avant même la crise sanitaire engendrée par le COVID-19, le chef d’entreprise vivait déjà une situation d’isolement, propre à sa fonction et à ses responsabilités. « Dans le monde de l’entreprise, le chef d’entreprise est en haut de l’organigramme. Il vit donc, par nature, un isolement et dissimule ses faiblesses. » Pour illustrer son propos, le psychologue fait référence au poème « Est-ce que les oiseaux se cachent pour mourir » ; selon lui, les entrepreneurs adoptent la même attitude et cachent leurs émotions. « Durant la crise, cet isolement naturel des entrepreneurs se renforce, ce qui leur inflige une double peine. » Le spécialiste explique que le soutien social est le premier rempart contre la détresse psychologique. Il conseille aux entrepreneurs de discuter avec des pairs légitimes, confrontés aux mêmes responsabilités et aux mêmes difficultés que lui. C’est ce qu’il a lui-même fait lorsque son cabinet était au creux de la vague : « appeler des amis entrepreneurs m’a permis de remonter la vague très rapidement. Solliciter des personnes empathiques, qui vous écoutent et vous comprennent, vous permettra de ne pas vous laisser submerger par vos angoisses et de traverser la crise plus facilement », confirme-t-il. 

Regardez différemment  

« En tant que chef d’entreprise, le temps libre ou –trop libre– généré par la crise du COVID-19, amplifie les biais cognitifs », ajoute Adrien Chignard. Durant ce temps libre, votre façon de réfléchir est particulièrement distordue et parfois même, irrationnelle. Cette habitude d’interpréter la réalité que vous vivez, limite votre façon de penser et détermine ce que vous ressentez actuellement. C’est pour cette raison que le psychologue vous incite à avoir recours et à générer de l’heuristique de disponibilité. En psychologie, il s’agit d’un mode de raisonnement qui se base exclusivement ou principalement sur les informations immédiatement disponibles, sans chercher à en acquérir de nouvelle concernant la situation. On parle également de « raccourcis de l’esprit ». « L’être humain n’est pas rationnel », précise t-il. « Il réfléchit avec ce qu’il a autour de lui ou dans sa mémoire propre pour répondre à un problème. » Il poursuit : « ce temps libre, c’est votre choix de vie. Il faut l’utiliser pour développer votre visibilité et vos expertises. En faisant cela, vous allez générer de l’heuristique de disponibilité ». Lorsque les gens auront un besoin, grâce à votre visibilité, ils vous solliciteront car ils vous auront sous la main !
Dans ce sens, le psychologue recommande fortement aux entrepreneurs de partager leurs compétences et leurs expertises sur les réseaux sociaux.  
« Pour ne pas perdre du temps et vous libérer de l’anxiété, occupez-vous les mains et profitez de l’effet de simple exposition ! », conseille-t-il. Ce deuxième biais cognitif est un phénomène décrit par Robert Zajonc. Il se caractérise par une augmentation de la probabilité d’avoir un sentiment positif envers quelqu’un ou quelque chose, par la simple exposition répétée à cette personne ou à cet objet. « En partageant votre savoir, vous générez des sentiments positifs », assure Adrien Chignard. Cependant, il préconise de veiller à ne pas « tomber dans le marketing de soi ou le marketing de don. »  

 

Si vous avez des connaissances, diffusez-les !


Demain, lorsque la crise sera terminée, ces deux biais cognitifs vous permettront de ne pas perdre pied.  
 

Soyez résilient 

Selon Adrien Chignard, la résilience est une des clés de la survie et de l’épanouissement d’une entreprise. Une organisation résiliente est capable de s’adapter au changement. Elle est flexible, solide, compétitive et plus à même de faire face et d’appréhender la crise. Pour le psychologue, « de nombreuses organisations devront faire le deuil de gros projets ou de croissance de leur chiffre d’affaires. Il est important que ces dernières, réussissent à faire le deuil de ce qu’elles avaient imaginé pour 2020 ». Il estime qu’à la sortie de crise, il y aura deux catégories d’entreprises : « celles qui vivront des deuils pathologiques et celles qui arriveront à faire preuve de résilience grâce au ‘sensemaking’ ».  
Pour lui, la résilience est « la capacité à avoir, collectivement, réussi à rationaliser ce qui s’est passé pendant la crise pour y trouver du sens ». À la fin de la crise, rien ne se déroulera comme avant et les entrepreneurs devront faire preuve d’écoute et de transparence. « C’est une ineptie de faire comme si rien ne s’était passé et de ne pas en parler avec ses collaborateurs », assure-t-il. « Il est important de raconter une histoire collective, de parler de ce qu’il s’est passé, des ressentis de chacun, d’envisager, ensemble, des nouvelles façons de travailler, d’appréhender de nouveaux outils, de savoir ce que chacun a retenu et appris de cette crise. »  
Selon le spécialiste, prendre le temps de ce moment permettra de « savoir comment mieux travailler ensemble demain, d’améliorer le travail et le bien-être collectif ». Tirer parti de cette expérience permettra aux entreprises de réagir plus vite et d’en ressortir plus fortes et grandies. Bien entendu, « il ne s’agit pas d’oublier ce qui s’est passé, mais d’avoir une lecture pour mieux le comprendre, en tirer des apprentissages et d’avancer collectivement. » Pour Adrien Chignard, cette phase est indispensable et prendre ce temps avec vos collaborateurs est la condition sine qua non de la performance de votre entreprise !  
 

A propos d’Adrien Chignard 

Adrien Chignard est psychologue du travail et des organisations. Il y a six ans, il a créé son cabinet de conseil Sens & Cohérence, qui vise à remettre du sens, du bien-être et de la cohérence au sein des organisations. En parallèle, il enseigne dans deux universités en Master de psychologie et en Master de management. Il est également l’auteur de nombreux articles et ouvrages sur la qualité de vie au travail et sur la prévention des risques psychosociaux en entreprise.

Contact LinkedIn / Twitter
 

Retrouvez une sélection d'e-services CCI store pour garder le lien et briller sur les réseaux sociaux :