Entrepreneurs, vous allez assurer !

Nos conseils pour bien assurer votre entreprise

Actualités
Entrepreneuriat
Gestion
24 septembre 2019

Vous trouvez les démarches pour souscrire une assurance professionnelle trop fastidieuses ? Vous pensez que votre entreprise est trop petite pour en avoir besoin ? On vous prévient d’emblée : après la lecture de cet article, ces excuses ne tiendront plus debout !

 

Homme devant son ordinateur portable


Confrontés à un environnement en profonde mutation et de plus en plus compétitif, de nombreux assureurs proposent des offres d’assurances pléthoriques, peu lisibles et qui ne reflètent pas nécessairement l’existence d’un besoin véritable. En effet, vous risquez de payer une assurance trop chère ou encore, d'être sur-assuré ! Pour éviter que cela ne vous arrive, tendez l’oreille :

1.    Premier réflexe : l'assurance Responsabilité Civile Professionnelle  

L’assurance « Responsabilité Civile Professionnelle » (RC Pro) est une assurance étatique obligatoire pour les professions réglementées. Elle permet de protéger l’entreprise et les salariés des risques liés à l’activité professionnelle. La RC Pro prévoit la prise en charge des accidents occasionnant un préjudice corporel, matériel ou immatériel causé par l’entreprise ou ses salariés aux tiers.


Voici quelques exemples de professions concernées par l’obligation d’avoir une assurance responsabilité civile professionnelle :


•    Les professions libérales : médecins, avocats, experts comptables, architectes
•    Les professions conseil : agent immobilier, agent d’assurance ou courtier, agence de communication, agence de voyage
•    Les professionnels du bâtiment : entreprise générale de bâtiment (RC Pro décennale)


L’Agence France Entrepreneurs a également dressé une liste des professions réglementées concernées. Vous devez donc vous renseigner sur vos obligations d’assurance liées à votre activité. Les professions ne délivrant pas de prestations intellectuelles doivent, elles, souscrire une assurance responsabilité civile produits ou travaux, selon leur activité.


Enfin, la responsabilité civile professionnelle est généralement incluse dans une assurance multirisque professionnelle. La MRP n’est pas obligatoire mais fortement recommandée. Elle a pour vocation première de protéger les locaux ainsi que les biens de l’entreprise contre les sinistres (incendie, vol, vandalisme, incendie, catastrophe naturelle…) susceptibles de retarder ou de mettre en péril l’activité de votre entreprise. En réalité, cette assurance est bien plus étendue et comprend de nombreuses autres garanties.

2.    Check-up : Identifiez et évaluez tous les types de risques

Selon une étude de l'institut OpinionWay, « Les PME et ETI françaises peinent à mettre en œuvre des mesures concrètes de prévention, si bien que 75% d’entre elles reconnaissent ne pas maîtriser totalement leurs risques »*. Il est pourtant indispensable d’analyser et d’évaluer les risques les plus probables liés à votre activité.

deux personnes échangent


Dès le lancement de votre activité, nous vous recommandons donc de faire appel à des courtiers en assurance afin de vous faire accompagner dans l’analyse de vos risques ainsi que dans la sélection des meilleurs contrats de marché. Ils vous proposeront des solutions adaptées qui répondent à vos spécificités et objectifs business.


Ces risques peuvent être de plusieurs ordres. Selon les PME et ETI françaises, les plus courants sont les risques humains (accidents du travail, difficultés de recrutement, maladies professionnelles, risques psycho-sociaux, démission de collaborateurs clés). Elles doivent également faire face aux risques matériels ainsi qu'aux risques naturels (augmentation de 9 points).

D’où la nécessité de mettre en œuvre des moyens de prévention, de réaliser une évaluation de votre vulnérabilité afin de ne pas mettre votre entreprise en difficulté. Notamment grâce à l’utilisation de l’analyse prédictive des données qui permet de s’orienter vers des réponses contractuelles personnalisées.


À chacun de mesurer à quelle hauteur il souhaite couvrir son capital. En fonction de vos risques, il existe des options d’assurance facultatives qui répondent à vos besoins spécifiques (responsabilité du dirigeant, frais de santé, cyber, épargne retraite…).

Par ailleurs, on observe l’avènement des néo-assurances qui proposent des solutions mobiles, transparentes, sans engagement, flexibles et personnalisées (par exemple, les contrats modulables WILOV ou LEOCARE) ainsi que des micro-assurances spécialisées dans l’assurance de niche. La data et l’intelligence artificielle (exploitation des données, machine learning…) permettront aux assurances de proposer des offres sur-mesure et un service « augmenté » à vous, entrepreneurs.

* Opinion Way, Gestion des risques des PME, 2018

Retrouvez notre sélection de e-services pour bien assurer votre entreprise :