Le sport en entreprise, c’est du gagnant-gagnant !

Et si votre entreprise invitait ses collaborateurs à bouger plus pour se sentir mieux ?

Actualités
Management
Performance
19 décembre 2019

Faire du sport c’est bon pour le corps mais aussi pour l’esprit. Salariés comme entreprises sont d’accord.

Lutter contre la sédentarité et faire de l’activité physique régulièrement permettent, de fait, d’améliorer sa qualité de vie et son bien-être à court terme et de réduire le risque de maladies à plus long terme. L’enjeu est crucial et l’efficacité des actions prouvée. D’ailleurs, les entreprises prennent conscience de l’importance de rendre leurs salariés plus actifs. Elles encouragent et facilitent la pratique du sport ou d’une activité physique sur le lieu de travail ou à proximité. Et invitent, aussi, à des changements d’habitudes.

La France à la traîne

Conscientes de leur responsabilité en matière de préservation de l’intégrité physique et de la bonne santé de leurs collaborateurs, les entreprises ne sont pas indifférentes à l’enjeu de santé publique que représente l’inactivité physique. Celle-ci est le quatrième facteur de risque de maladies non transmissibles au monde (cardiovasculaires, diabète, cancer, ostéoporose, dépression…) sans oublier les Troubles Musculo–Squelettiques et les lombalgies. Avec des coûts financiers et humains considérables. Le coût de l’inactivité au niveau européen a été évalué par l'ISCA (International Sport and Culture Association) à plus de 80 milliards d'euros et à 9,5 milliards d’euros pour la France. Inversement, si l’ensemble des actifs de notre pays se mettait à pratiquer une activité physique régulière, l’économie de santé serait de 10 milliards d’euros selon une étude du Conseil National des Activités Physiques et Sportives (CNAPS).

 

 

À lire le rapport France Stratégie, la situation en France ne s’améliore pas ! Les conséquences de la vie de bureau, des loisirs passifs et des déplacements, majoritairement, motorisés ont fait progresser la sédentarité. Près d’un Français sur deux déclare ainsi « ne jamais pratiquer » d’activité sportive. C’est un sur trois en Allemagne, un sur quatre dans le monde et seulement un sur dix en Finlande. A l’échelle du continent, 42 % des Européens reconnaissent ne jamais pratiquer de sport. Un chiffre en augmentation à lire l’enquête du projet PASS (1). Si l’OMS ambitionne de réduire la sédentarité de 10 % d’ici 2025, le Gouvernement français compte, lui, profiter de l’organisation des Jeux Olympiques par Paris en 2024 pour augmenter de 3 millions le nombre de pratiquants, actuellement fixé à 34 millions.

Il n’est jamais trop tard pour s’y mettre !

Selon La Fédération Française du Sport en Entreprise (FFSE),  16 % des français pratiquant une activité physique, soit environ 1,5 millions de personnes, le font dans le cadre professionnel. Pour faire gagner en endurance, renforcement musculaire, souplesse et équilibre leurs salariés, des solutions simples et accessibles sont d’ailleurs proposées par les entreprises.

Vous voulez jouer le jeu mais vous sentez vos collaborateurs un peu réticents. Ils vous disent n’avoir pas le temps, vous ne les sentez pas très motivés à l’idée de transpirer et, quant à la recherche de la performance sportive…. c’est au-dessus de leurs forces ! Remisez au placard ces idées reçues. Pour lutter contre la sédentarité, il s’agit, avant tout, de prendre de bonnes habitudes. Il n’est jamais trop tard pour s’y mettre !

 

Yoga

 

Incitez par exemple vos équipes à prendre les escaliers au lieu de l’ascenseur et à se déplacer pour échanger entre collègues plutôt que d’envoyer systématiquement des e-mails. C’est un bon début et une fois le pli pris, il y a de fortes chances pour que vos salariés jettent un œil, en fin de journée, au podomètre de leur smartphone ou à leur montre connectée pour savoir le nombre de pas ils ont fait dans la journée (objectif 10 000 pas par jour) !


Il y en a pour tous les goûts

En fonction de vos ambitions et de vos contraintes, vous pouvez installer une salle de sport dans votre entreprise où vos salariés pourront aisément et en toute sécurité améliorer leurs capacités physiques, chasser les kilos superflus et rebooster au passage leur moral. Vous pouvez aussi, et plus facilement, proposer dans le cadre du Comité économique et social (ex comité d’entreprise) des abonnements à tarif privilégié ou des subventions pour la pratique d’un sport. Les entreprises distribuent aussi fréquemment en fin d’année des bons d’achat ou cadeaux (exonérés eux aussi de cotisations) qui peuvent être utilisés dans des enseignes dédiées au sport. Par ailleurs, certaines mutuelles, soucieuses de prévention, mettent en place, comme c’est le cas par exemple d’Harmonie Mutuelle en Normandie, des plateformes pour permettre aux salariés d’entreprises du territoire (y compris les TPE) de faire du sport. Avantages : une offre de proximité, des tarifs défiants toute concurrence, tout le confort nécessaire et notamment l’usage de douches qui représente souvent une contrainte d’installation pour les entreprises.

Si vous n’avez vraiment pas les moyens d’investir dans des équipements sportifs, communiquez sur les avantages du sport pour tous. Quels que soient leur âge, leur condition physique et leurs envies, vos salariés peuvent profiter des bienfaits d’une pratique sportive à leur portée. Avec une simple paire de baskets, vos collaborateurs pourront s’adonner à la marche rapide, au jogging ou à des parcours santé dans un parc aux alentours de votre entreprise. Et s’ils préfèrent des activités moins physiques ils pourront opter pour des séances zen de Yoga ou de Tai-chi ou des exercices de stretching pour travailler leur souplesse. Il suffit, pour cela, de leur mettre une salle à disposition entre midi et deux.

 

séance streching

 

Un salarié actif est un salarié productif

Et s’il fallait encore les convaincre de chausser les baskets sans attendre et sans se limiter au week-end, n’hésitez pas à dresser la liste des bénéfices, attestés médicalement, du sport en entreprise. Vos salariés seront moins fatigués, plus sveltes, moins stressés, moins soumis au risque de déprime et plus créatifs ! Et, sachez-le, ils augmenteront, au passage, de trois ans leur espérance de vie (selon une étude du Ministère des Sports).

Nombre d’entreprises l’ont bien compris et y trouvent aussi leur intérêt. La pratique du sport diminue l’absentéisme (de 32 % selon la FFSE), renforce l’esprit d’équipe, améliore la productivité (de 6 à 9 % par salarié) et l’image de marque de la société. Ces dirigeants entendent aussi répondre aux aspirations de leurs collaborateurs qui, à 87% (source FFSE), sont demandeurs d’une prise en charge d’un programme bien-être par leur employeur. Des directions qui, donc, logiquement cherchent, ensuite, à mesurer le bénéfice de leurs actions sur le climat social et l’implication de leurs collaborateurs. Pour un investissement gagnant-gagnant !

 

Retrouvez les e-services du store dédiés au bien-être des employés en entreprise :

undefined undefined undefined

 

1)    Source : enquête menée dans le cadre du Projet pass (Physical Activity Serving Society) réalisée par le think tank « Sport et Citoyenneté » pour le compte de la Commission européenne . A lire La synthèse de l'enquête pour la France
2)    La Fédération Française du Sport en Entreprise (FFSE), est une fédération multisports agréée par le Ministère chargé des Sports et affiliée au CNOSF qui accompagne les entreprises et leur comité social et économique pour mettre en place des solutions visant à intégrer le sport et ses valeurs dans la sphère de l'entreprise. Elle compte plus de 2000 clubs et entreprises et 500 000 pratiquants.